ALZHEIMER PRÉVENTION

Écrit par les experts Ooreka
  Certains facteurs semblent augmenter les risques de souffrir de démence : que ce soit pour la maladie d'Alzheimer, la démence à corps de Lewy, la démence vasculaire ou la démence fronto temporale.

Alzheimer : prévention encore inexistante

Pour l'instant, il n'est pas possible de prévenir la maladie d'Alzheimer puisqu'on n'en connaît pas les causes exactes.

Cependant, certains facteurs semblent associés à un risque accru de démence lors du vieillissement.

En luttant contre ces facteurs et en adoptant un mode de vie sain, on met donc toutes les chances de son côté pour réduire les risques d'avoir la maladie d'Alzheimer.

Prévention : quelques facteurs protecteurs d'Alzheimer

Plusieurs études épidémiologiques ont permis d'observer que la maladie d'Alzheimer était moins fréquente dans certaines populations :

  • Les personnes qui suivent un régime méditerranéen (riche en poisson et en oméga 3 notamment) ont moins de risques de souffrir de démence que les personnes qui consomment beaucoup de graisses saturées,
  • Les personnes pratiquant une activité physique régulière tout au long de leur vie semblent moins à risque que les personnes trop sédentaires. Pour limiter encore plus efficacement les risques, ce sont les activités physiques aérobies (c'est-à-dire impliquant une consommation importante d'oxygène), comme la course à pied ou le vélo elliptique, qui doivent être privilégiées.
  • Le fait d'exercer sa mémoire régulièrement, d'avoir une activité professionnelle stimulante et une vie sociale riche et plaisante contribue à protéger contre la maladie d'Alzheimer.
  • La méditation a un effet positif sur le vieillissement cérébral, car elle permet une réduction du stress, de l'anxiété, des émotions négatives et des problèmes de sommeil (des facteurs de risque identifiés de la maladie d'Alzheimer).

Prévention de l'Alzheimer : des facteurs de risque cardiovasculaires à éviter

Depuis quelques années, on sait que les facteurs de risque cardiovasculaire augmentent le risque de souffrir de la maladie d'Alzheimer.

Lutter contre ces facteurs de risque permet donc de réduire le risque de démence. Pour ce faire :

  • Luttez contre la sédentarité en pratiquant une activité physique régulière.
  • Conservez un poids de santé : l'obésité augmente le risque de maladie d'Alzheimer.
  • Optez pour une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes et en poisson, pauvre en sucres et en graisses saturées.
  • En cas de diabète, suivez correctement votre traitement pour maintenir une glycémie normale.
  • En cas d'hypertension, les mêmes conseils s'appliquent.
  • Si votre taux de cholestérol est trop élevé, modifiez vos habitudes alimentaires.

Par ailleurs, une consommation prolongée et excessive de médicaments psychotropes type benzodiazépines (Xanax) favoriserait l'apparition de la maladie d'Alzheimer. De même, selon certaines études, la consommation d'inhibiteurs de la pompe à proton augmenterait de 44 % le risque de démence et d'Alzheimer.

Autre facteur de risque : les traumatismes crâniens

Dans un tout autre domaine, il a été prouvé que les personnes ayant subi un traumatisme crânien (50 millions de personnes dans le monde) voient leur risque de développer une maladie d'Alzheimer augmenter de 16 % s'il était de sévérité moyenne, et de 35 % s'il était grave.

Par ailleurs, le risque de démence augmente avec le nombre de TC : de 22 % avec un seul, jusqu'à 183 % (près de trois fois plus) avec 5 TC ou davantage. Enfin, plus l'individu subit un TC tôt dans sa vie, plus le risque de démence s'élève, les hommes étant légèrement plus à risque que les femmes.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !